Booba, faim de reparties

image

C’est sans doute à son goût inné pour la provocation qu’il faut attribuer les dernières déclarations de Booba, dans une interview accordée au Parisien. Tout en affirmant qu’il ne cautionne pas les attentats de janvier, le rappeur les place sous le signe de la logique : «Quand on joue avec le feu, on se brûle.» En écho, les paroles du huitième titre de son nouvel album, D.U.C. (Tallac Records), qui en compte dix-neuf : «T’as mal parlé, tu t’es fait plomber. C’est ça la rue, c’est ça les tranchées», clame Booba, peu soucieux …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s