Joey Starr, La Fouine, Kaaris… 10 rappeurs au cinéma !

Kaaris

Représentant de la frange hardcore du rap français, Kaaris n’a eu besoin que d’un album (« Or noir ») pour se placer en concurrent direct de Booba et Rohff. 

Il fait ses débuts au cinéma dans Fastlife, où il tient son propre rôle.

Kaaris
Du micro au plateau… A l’instar de leurs homologues américains, les rappeurs français font volontiers un petit tour (ou plus si affinités) par la case cinéma.

Joey Starr Leader (avec Kool Shen) de NTM, groupe mythique du rap français, Joey Starr a composé quelques hymnes impérissables tels que "Ma Benz", "La Fièvre", "Seine Saint-Denis Style" ou encore "Laisse pas traîner ton fils", avant de se lancer dans une carrière solo.  Au cinéma, Jaguar Gorgone (l'un de ses nombreux surnoms) a explosé dans Polisse, où il incarne un flic de la Brigade de Protection des Mineurs, un rôle qui revèle une humanité que le rap ne lui avait jamais permis d'exprimer avec une telle justesse.

MC Jean Gab'1 Fossoyeur autoproclamé du rap français, MC Jean Gab1 a dynamité ses confrères dans le furieux "J't'emmerde". Avec deux albums au compteur (dont le touchant et brutal "Ma vie"), il reste un réjouissant empêcheur de rapper en rond. Au cinéma, il a fait entendre sa gouaille dans Banlieue 13 (et sa suite) et a tenu le rôle-titre de Black, un polar situé entre Paris et Dakar.

Stomy Bugsy Avec son comparse Passi, Stomy Bugsy a remué le rap français dans les années 90 au sein du Ministère Amer. Textes crus et productions impeccables, les compo du groupe ont séduit les amateurs de gros son autant qu'elles ont affolé les autorités. Au cinéma, Stomy Bugsy s'est fait connaître en flic cool dans Gomez et Tavares (qui eut une suite), avant de surprendre dans l'émouvant (et militant) Aliker.

Rohff Baptisé par ses soins "Padre du rap game", Rohff est l'une des rares stars de la scène rap française. Régulièrement certifié platine, l'artiste vitriot a su populariser le hardcore sans jamais perdre sa street credibility.  Au cinéma aussi il donne de la voix. Dans Arthur et les Minimoys, il campe Max, doublé en VO par Snoop Doggy Dogg.

Kool Shen Avec Joey Starr, Kool Shen a changé définitivement la face de la musique hexagonale... 4 albums ont suffi pour faire de NTM le plus grand groupe de l'histoire du rap français. Après l'aventure en duo, le rappeur choisit de se lancer en solo et de se consacrer à la production. Au cinéma, il joue de son image de bad boy pour incarner Christophe Rocancourt (rebaptisé Vilko Piran) dans Abus de faiblesse de Catherine Breillat.

La Fouine Un look à la Snoop et une voix d'exception, La Fouine occupe une place à part dans le rap. Capable de verser dans le hardcore comme dans le mainstream, il est l'auteur de l'hymne banlieusard "Hamdoulah, ça va". Comme son homologue américain Snoop, La Fouine s'essaie au cinéma. Il campe le Scarface (caillera mais beaucoup sanguinaire que Pacino) du souriant et familal A toute épreuve

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s